• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Depuis des semaines, de nombreuses associations sur le terrain cherchent à alerter l’opinion publique des épouvantables conditions de vie réservées aux migrants et aux réfugiés de la jungle de Calais.

Le 5 novembre 2015, à 20h15, au Centre culturel Le Moustier (1 rue du Moustier, 77400 Thorigny sur Marne), Roland Gori viendra présenter deux de ses livres, "La folie evaluation", et "l'individu ingouvernable"

Participation: 5 euros

Évènement organisé par AFORISM et cinepsy.com, avec le soutien de la municipalité de Thorigny sur Marne

La Librairie-Boutique des Marais ( 132 rue de la République 69400 Villefranche-sur-Saône) est heureuse de recevoir  Roland Gori, professeur émérite de psychopathologie clinique à l’université d’Aix-Marseille et psychanalyste, pour la présentation de son dernier ouvrage L’individu ingouvernable, aux éditions Les Liens qui Libèrent.

Programme des chaires de philosophie proposées par l'Ecole des sciences philosophiques et religieuses de l'Université Saint-Louis - Bruxelles.

Au programme, cette année :

- Roland Gori, les 26 et 27 octobre 2015
- Judith Revel, les 23 et 24 novembre 2015
- Vincent Descombes, les 29 février et 1er mars 2016
- André Orléan, les 30 et 31 mai 2016
- Philippe Descola, les 13 et 14 juin 2016

Capitalisme paradoxant

« C’est paradoxal ! » : l’expression semble s’être banalisée. Elle exprime la surprise, l’étonnement, la colère parfois, devant des situations jugées incohérentes, contradictoires, incompréhensibles. Quelques formules glanées ici et là illustrent cette inflation du paradoxal : « Je suis libre de travailler 24 heures sur 24 », « Il faut faire plus avec moins », « Ici, il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions », « Je traite de plus en plus de travail en dehors de mon travail et inversement », « Plus on gagne du temps, moins on en a »

Par Roland Gori, à lire dans Libération