• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

 

Madame la directrice générale,

Suite à la constatation subie sans accord de notre part, du relais médiatique donné à notre démission de l’hôpital Saint Antoine, hôpital de l’Assistance Publique- hôpitaux de Paris, nous ressentons l’obligation de vous en exprimer publiquement les raisons, espérant que notre attitude pourrait permettre de réfléchir à des modifications qui nous apparaissent comme salutaires et indispensables dans le mode de fonctionnement actuel de l’hôpital public.

Par Joël Henri et Michel Chauvière. Octobre 2012.

 

  1. Exposé des motifs

 

Cette contradiction préjudiciable à la spécificité ainsi qu’à la qualité des services sociaux perdure dans le droit communautaire, y compris après les dispositions du « paquet Almunia » (décembre 2011-avril 2012) élargissant le champ des dérogations apportées au principe cardinal de l’interdiction des aides d’État réputées fausser la concurrence dans le marché intérieur (articles 107 & 106-2 du TFUE)1.

 

 

Communiqué inter-associatif

L’Etat s’empresse depuis quelques temps d’évacuer les campements « illicites » visés par une décision judiciaire d’évacuation. La circulaire interministérielle du 26 août demandant aux préfets d’anticiper ces opérations et de prévoir des mesures d’accompagnement des familles concernées en termes de relogement et de scolarisation n’est souvent pas appliquée. Des réunions de concertation ici ou là et de vagues « diagnostics » sur fond de médiatisation du manque de places en hébergement d’urgence servent de prétextes  à l’exécution de ces évacuations par les forces de l’ordre sans accompagnement d’aucune sorte, quand les intimidations policières quotidiennes n’ont pas fait fuir les familles d’elles-mêmes avant l’échéance fatale.

 

La prise en compte des différences de rythme de développement à chaque âge et des rythmes biopsychologiques de l’enfant conduit à poser des questions fondamentales qui sont évitées ou qui ne sont pas posées clairement au sujet de l’école primaire.

Par Roland Gori, à lire dans Libération