• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Défendre les métiers sociaux

Lettre ouverte aux autorités publiques et aux partenaires concernés

La politique de formation aux différents métiers du travail social déraille depuis quelques années.

Le 15 décembre 2014, un rapport sur la refonte de ces métiers a été déposé par la Commission Professionnelle Consultative (CPC), instance consultative au sein du ministère des affaires sociales. Ce groupe, presque à huis clos, sans réelle concertation avec les intéressés, préparait depuis près de deux années un projet de réforme sans précédent remettant en question les cadres historiques du travail social salarié. Des réactions se sont fait entendre suite au dépôt de ce rapport en décembre 2014 et Mme Bourguignon, députée de la 6ème circonscription du Pas-de-Calais, a été missionnée pour rencontrer un certain nombre d’acteurs. Elle remettra son propre rapport au premier ministre fin juin 2015.

Madame Monsieur,

L’annonce d’une reconfiguration en profondeur des métiers sociaux dans notre pays suscite bien des critiques et controverses. Loin de tout corporatisme, plusieurs organisations de professionnels directement concernés se mobilisent actuellement pour faire connaître leur point de vue, leurs exigences et leurs propositions. Ce qui ne semble ni facile ni bien compris par les décideurs.

Vendredi 26 juin, 21h15

Centre Octave et Maud Mannoni

12, rue de Bourgogne, 75007 Paris

Discutants : Jacques Sédat, Alain Vanier

La recherche et sa gouvernance (organisation, régulation, financement, orientation, pilotage…) sont devenues des enjeux publics, objets de l’attention, au-delà de la communauté scientifique, des pouvoirs publics, des industriels, mais aussi des médias, des associations ou des citoyens.

 

L’évaluation, en ce qu’elle est un aspect majeur de la gouvernance, est dans ce contexte au cœur des interactions entre la communauté scientifique et le reste de la société. Présentée pour permettre de rendre des comptes et de piloter/encadrer les activités de recherche, l’évaluation n’est cependant pas neutre quant à la façon dont les chercheurs vont penser/pratiquer leur métier. 

Par Roland Gori, à lire dans Libération