• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Pour vous informer et prendre des nouvelles du mouvement, rendez vous sur le site de

Nuit Debout

Nous, chercheurs et professeurs universitaires brésiliens, nous adressons à la communauté académique internationale pour dénoncer un grave processus de rupture de la légalité, actuellement en cours au Brésil.
Après une série de coups d'État et une dictature militaire violente, le pays a vécu jusqu’à aujourd’hui sa plus longue période de stabilité démocratique, sous l'égide de la Constitution de 1988, qui a mis en œuvre tout un ensemble de droits individuels et sociaux.

Les cliniciens ont-ils encore une place dans une société régie par la technique?

Dans le cadre de la journée du SIUEERPP à l'Assemblée Nationale

Le gouvernement s’apprête à introduire en France les « investissements à impact social », avec, pour fer de lance, la création de « Social Impact Bonds » (SIB)1 pour lesquels il ne reste plus qu’à trouver une appellation « à la française ». Depuis la remise du rapport d’Hugues Sibille2 au gouvernement en septembre 2014, le lobbying en faveur des SIB n’a jamais cessé.

Fred Tousch et Fabienne Quéméneur invitent le professeur Roland Gori et sa Folie évaluation. Une conférence tout à fait sérieuse mêlant hardiment savoir et convivialité. Une sorte d'université populaire joyeuse essaimée de dégustations et de happenings artistiques.

Par Roland Gori, à lire dans Libération