• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

C’est en référence au groupe « Enfance » du collectif des 39 que nous est venu ce titre pour cet Appel.

Appel à faire connaître notre situation et celle des patients dont nous assurons les soins psychiques Appel à dénoncer la logique comptable, gestionnaire, mathématique qui écrase l’enfant et l’exproprie de sa singularité Appel à un positionnement actif de chacun pour défendre la cause de l’enfant et de l’adolescent et son traitement psychique

Colloque du vendredi 9 juin

9h-17h

Salle polyvalente de la bourse du travail

Lille-Fives

Dans le cadre de l’édition de mai de «Parole Vive », Raoul Locatelli et son équipe recevait jeudi soir à la Bibliothèque de Bastia, Roland Gori, psychanalyste, professeur émérite de psychologie et de psychopathologie clinique à l'Université Aix – Marseille.

Roland Gori et Frédéric Pierru font, dans cette tribune, une critique sans appel d'un champ politique paralysé par le règne de la « com’ » et devenu incapable de répondre à la faim de rêves et d’utopies des citoyens.

Manifeste des oeuvriers

Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe, qui se bat, fort de la solidarité qui s’offre à qui sait la chercher. Ce manifeste revendique la place de l'homme au centre des activités de production et création, pour lutter contre la normalisation technocratique et financière.
                         

Par Roland Gori, à lire dans Libération