• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

L'individu, la république et le libéralisme. Conférence de Roland Gori au Carrefour Laïque d'Aubenas, Jeudi 3 mars 2016 à 20h30, centre Etienne Le Bournot à Aubenas

La toute récente «loi de modernisation du système de santé» a suscité depuis un an de vifs et multiples débats, dont la psychologie est loin d’avoir été exempte. Comme en témoignent, parmi toutes les questions ressurgies à cette occasion, celles-ci: y a-t-il encore place pour «une» psychologie dans les politiques de santé? Et dans les pratiques hospitalières? Et, si tel est le cas, de quelle psychologie, et de quelle place, s’agit-il?

Dans un article daté du 4 janvier 2016, Le Monde Afrique signalait « malgré Boko Haram dix bonnes nouvelles pour l’Afrique » pour l’année écoulée. La sixième était, après plusieurs années de disette, la remise du prix de champion de la gouvernance à l’ancien président de Namibie par le milliardaire Mo Ibrahim, président de la fondation éponyme qui a développé un indice pour la promotion de la bonne gouvernance en Afrique.

Par Roland Gori, à lire dans Libération