• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...
par Roland Gori et Fabrice Leroy

Roland Gori et Fabrice Leroy écrivent dans Médiapart

Le dernier rapport de Jean-Marie Bockel sur la prévention de la délinquance juvénile nous ressert le plat réchauffé du dépistage des futurs délinquants dès l'âge de 2 ans, contre lequel le collectif «Pas de zéro de conduite » s'est battu et se bat toujours avec vigueur et succès. Ce rapport met aussi en relief une conception de la citoyenneté qui mérite le détour, puisqu'il s'agit ni plus ni moins de la définir comme soumission sociale à la règle, et d'appliquer ce principe « émancipateur » aux enfants dès leur plus jeune âge, ainsi qu'à leurs parents, surtout s'ils sont immigrés.

par Roland Gori

En complément de l'article publié dans Réforme du 28 octobre sur les évolutions dans la manière de manifester en France, Roland Gori, psychanalyste, professeur de Psychopathologie à l'Université d'Aix-Marseille et animateur du mouvement « l'Appel des appels », pour une insurrection des consciences, analyse le mouvement de contestation.

Dans le journal l'Humanité du 20 octobre 2010, le psychanalyste Roland Gori, président de l'Appel des appels, contre les réformes gouvernementales, analyse la crise de confiance des Français face à un État qui se désiste du collectif en faveur des intérêts privés.

par Pierre Dardot et Christian Laval

Cet article est paru dans l'Humanité du dimanche 7 octobre 2010.

Deux à trois millions de manifestants dans la rue d'un côté, un gouvernement inflexible qui persévère dans son refus de négocier sa « réforme » des retraites de l'autre. Bien stupide qui conclurait de ce saisissant face-à-face que toute résistance serait vaine, toute lutte vouée à l'échec. C'est tout le contraire. Il n'est de pouvoir qui ne soit confronté à des pratiques qui le mettent, au moins partiellement, en...

La Fabrique de l'humain

France Culture

  • Le « marché », ses intérêts et sa logique sont maintenant omniprésents dans nos sociétés. Dès lors que la société de marché mise sur un service public, trois effets peuvent survenir : des transformations dans la qualité du service, des...
  • "L’œuvrier" est celui "qui, aujourd’hui, au travail, dans son activité, dans sa vie, est disposé à faire œuvre" quel que soit le domaine, à agir avec art, création, imagination.        
  • A lire dans la revue Politis Dans Manifeste des œuvriers, Roland Gori, Bernard Lubat et Charles Silvestre interrogent les transformations du travail.
  • Interview de Roland Gori dans Télérama.