le besoin de considération au travail est un enjeu fondamental de la société qui vient

Entretien avec Roland Gori dans le journal La Tribune.

La course à l'Elysée s'invite dans les traditionnels défilés du 1er mai. Trois rassemblements sont prévus dans Paris demain. Traditionnellement dévolu aux manifestations syndicales, cette fête du travail prend une tournure plus politique cette année à moins d'une semaine du deuxième tour de l'élection présidentielle. Roland Gori, professeur émérite de psychopathologie clinique à l'université d'Aix-Marseille et psychanalyste, auteur de "la dignité de penser" aux Editions Les liens qui Libèrent, revient sur la question du travail dans une perspective politique.

 

A la veille du 1er mai, "fête du travail", Jamais le travail n'a été autant en question, voire en souffrance dans notre société. Comment s'explique une telle dévalorisation de la valeur travail ?

On constate aujourd'hui que à devoir s'adapter aux contraintes normatives qui pèsent sur leurs activités, et aux exigences qui s'imposent à leur existence, les professionnels sont incités à perdre de vue les finalités de leurs métiers pour satisfaire au contrôle des dispositifs d'oppression sociale constitués par la néo-évaluation. En somme, aux situations concrètes auxquelles ils sont confrontés pour résoudre les problèmes spécifiques de leur champ, se substituent des problèmes abstraits, formels, sécrétés par les exigences normatives des évaluations formelles et quantitatives : ce n'est plus la valeur d'une recherche qui compte mais la marque de la revue qui la publie. Il y a des domaines de connaissance et d'action où les ravages de ces dispositifs sont limités, voire quasiment sans conséquences, et d'autres où ils sont terrifiants car la rationalité pratico-formelle qui les inspire est incompatible avec la finalité spécifique des métiers auxquels elle s'impose ; notamment le soin, l'éducation, la recherche, la justice, le travail social, la culture, etc. Que peut bien signifier la qualité d'un soin réduit au tarif d'un acte qu'il rapporte à l'hôpital sachant que les plus techniques sont les plus payants ? Bref l'ensemble des métiers qui se sont insurgés au sein de l'Appel des appels, contre ces nouvelles procédures de normalisation et de contrôle ont alerté sur les conséquences dramatiques de ces notations imbéciles qui dénaturent les pratiques professionnelles, l'éthique des praticiens et dévalorisent la valeur de leurs actes en les réduisant à des chiffres bien souvent arbitraires ou inadaptés aux services rendus.

Les individus semblent souffrir d'un trop grand pragmatisme et d'une société où l'on n'existe que par et pour le travail ?

Tous les dispositifs actuels d'industrialisation, de normalisation et de conformisme des conduites aboutissent à ce que Walter Benjamin ou Pasolini ou Giorgio Agamben ont montré, chacun à leur manière, une « destruction de l'expérience » : « l'homme rentre chez lui le soir épuisé par un fatras d'évènements -divertissants ou ennuyeux , insolites ou ordinaires, agréables ou atroces- sans qu'aucun d'eux se soit mué en expérience ». Qui pourra nous garantir que nous pourrons encore rêver dans le monde insomniaque de la vigilance autant sécuritaire que marchandisée, où on demande aux enfants de marcher au pas cadencé des évaluations scolaires avant même d'avoir eu le désir de faire un pas vers l'autre. Il est urgent de retrouver l'art de raconter nos expériences pour que les évènements que nous vivons se transforment en histoire vécue et partagée. Faute de quoi en perdant la parole et la fonction du récit, c'est le monde que nous avons en commun que nous perdrons, la capacité de transmettre, au risque de périr béats des prodigieux effets d'une civilisation technique et marchande des mœurs, et de sa cruauté.

Le gouvernement a mis en place des procédures pour évaluer les risques psycho-sociaux et prévenir la souffrance au travail. Pensez-vous que c'est une bonne voie ?

Aujourd'hui où notre culture s'éloigne toujours plus d'une conception tragique de l'humain au profit d'un modèle technique instrumental et économique, les prises en charge des souffrances psychiques et sociales s'éloignent toujours plus des pratiques de soins psychiques au profit d'une simple gestion des risques fondées sur l'épidémiologie des populations, leurs profils différentiels, leurs vulnérabilités sociales et génétiques, leurs dysfonctionnements neurocognitifs. C'est réduire le soin à un simple hygiénisme des populations, Tous les dispositifs sociaux autour de la souffrance au travail favorisent une présentation victimaire du travailleur, faute de pouvoir se présenter comme un salarié ou un entrepreneur qui réussit. C'est comme si la citoyenneté et la subjectivité dont le travailleur se trouvait dépossédé par la civilisation capitaliste, il n'était aujourd'hui autorisé à les retrouver que sous la forme de la plainte, de la passivité, de la victime. Or aujourd'hui la souffrance au travail est produite avant tout par la dépossession de la dimension artisanale des pratiques. L'humain est un animal symbolique autant que politique qui a besoin de trouver du sens à ce qu'il fait par la reconnaissance par autrui, par une expérience de compagnonnage. Ce besoin d'être relié, qu'assuraient traditionnellement les religions, est démoli par une culture technicienne et par l'idéologie de l'homo économicus propre à la société de consommation et de spectacle. Or ce désir de considération est très vif et il constitue un enjeu fondamental de la société qui vient."

Peut-on encore alors parler de travail humain ?

Il semblerait que non. Les pratiques professionnelles sont cassées en raison de la logique économique comme elle est à l'oeuvre dans les métiers de la santé et de la recherche par exemple. Les machines et la production se dématérialisent, se numérisent de plus en plus férocement et l'assujettissement qu'elles exigent prescrit non seulement aux hommes de ne pas penser, de s'adapter aux signes informatiques sans recourir à la pensée, mais encore, au fur et à mesure que s'impose la logique du capitalisme financier, les travailleurs doivent incorporer les normes et les formes symboliques sans aucun rapport avec les significations concrètes et réelles des objets et des pratiques de l'existence. Là où naguère les chefs devaient surveiller la docilité du travailleur à se soumettre aux fonctions essentielles exigées par la machine, aujourd'hui c'est l'organisation bureaucratique avec son traitement statistique des données et sa rhétorique d'expertise qui lui donne une légitimité permettant le développement infini de cette oppression sociale. Si nous ne voulons pas entrer dans l'avenir à reculons, il nous faudra retrouver la démocratie confisquée par la technocratie ou les illusions de la publicité.

Que faut-il faire alors pour rendre aux hommes ce que vous nommez dans votre ouvrage "la dignité de penser" ?

Il est urgent de retrouver le courant des relations humaines à l'intérieur d'une économie sinistrée par le taylorisme et le toyotisme. Désormais les chefs n'ont plus besoin de regarder les hommes dans les yeux pour donner des ordres : il leur suffit de montrer les chiffres. Or l'argent dépersonnalise les relations humaines, liquide la vieille société faite d'autorité, de servitude, de vassalité et d'adoubement. Il joue un rôle dominant dans les sociétés où les rapports de domination sont plus anonymes. Par le management de la peur, de la précarité et de la concurrence, le travailleur tend à devenir un "surnuméraire", en sursis, à l'instar de ces entreprises dont l'actionnaire est le seul patron. Il faut aussi retrouver le sens et l'histoire des métiers, accueillir ce nécessaire conflit des rationalités, potentiellement en germe dans tout discours, dans toute institution, pour ouvrir un véritable débat quant à la véritable valeur des activités mises en oeuvre. Faute de quoi notre société se réduirait à l'organisation des sociétés animales où l'individu n'est rien d'autre qu'une pièce détachée de l'espèce, réduit à la fonction qu'exige l'organisation collective du travail".

Le 1er mai tombe cette année entre les deux tours de la présidentielle. Appelez-vous à la mobilisation, alors que ce rendez-vous peut prendre une tournure très politique ?

La colonisation des esprits par la nouvelle religion à prétention universelle, celle des "marchés financiers", de ses valeurs et de ses rituels techniques d'évaluation, provoque des désirs d'indépendance. Ces mouvements d'indépendance témoignent de la volonté humaine de ne pas être réduit à un animal ou à une machine. Mais cette "guerre" pacifique d'indépendance est d'autant plus difficile à mener que l'identification de "l'adversaire" est malaisée. Pire, l'adversaire est inconsistant, véritable caméléon, les valeurs sur lesquelles il appuie son autorité sont liquides et flexibles, dénuées d'idéaux et de convictions. Elles s'adaptent aux exigences de l'opinion publique pour maintenir une logique de domination propre à la culture du capitalisme financier qui confond évaluation et notation. Il est donc urgent de remplacer ces agences de "notations professionnelles" telles que l'ARS, l'AERES ou la Haute Autorité de Santé, bref tout ce qui ressemble aux dispositifs de contrôle et d'asservissement, dont les agences de notation financière sont les modèles, par des collèges d'évaluation démocratique associant professionnels et usagers. En d'autres termes convoquer la responsabilité des citoyens pour qu'ils se réapproprient la crise et apportent des solutions innovantes. Paul Éluard disait la nécessité de "réenchanter le monde de demain.