• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

La peur : 15ème colloque Psychanalyse & Médecine, 30-31 janvier 2015, Centre Sèvres, Paris 6ème

Pour le programme et l'inscription, cliquer ici.

Cette peur qui nous étreint lorsque notre corps

dysfonctionne, comment l’appréhender, en

parler, la comprendre, l’apprivoiser ? Comment

devient-elle actrice de notre existence et de

celle des autres ? Sans se confondre avec

l’angoisse, la peur agit, interagit dans la vie

psychique. Elle marque pour un temps nos

comportements qu’elle modifie ou change.

Au coeur des rencontres entre médecine et

psychanalyse, la peur se déclinera sous de

multiples aspects au cours de ces journées, les

quinzièmes de notre parcours interdisciplinaire.

A la peur de devoir être soigné, de souffrir, de

mourir, de subir pour survivre ou pour

continuer à vivre, on évoquera en écho celles

des soignants dans leurs fonctions : annoncer,

traiter, accompagner, conseiller, s’attacher…

Fonctions parfois nouvelles pour ceux qui

débutent, tout en demeurant la source d’un

inlassable questionnement pour ceux qui les

exercent avec expérience en pédiatrie, avec les

adolescents et avec les adultes en souffrance

dans leur corps.

Qu’apportent la littérature, la philosophie et la

participation citoyenne aux débats soulevés

par la peur que la société tend aussi à prendre

en charge ?

 

Par Roland Gori, à lire dans Libération