• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Debout pour nos métiers du travail social

Debout

Un ouvrage co-écrit par Jean-Sébastien ALIX, Didier BERTRAND, Jean-Marc BRUN, Michel CHAUVIERE, Gabrielle GARRIGUE

Avec la participation de AVENIR EDUCS

post-face par Roland Gori

Plus d’information sur le site des éditions érès

Le travail social est « un sport de combat ». Devant les réformes qui modifient l’exercice de leurs métiers, les auteurs se mobilisent collectivement pour défendre leur histoire, leurs pratiques et leurs formations.

Notre modèle social, nourri d’égalité et de solidarité, n’est pas qu’affaire de droits, d’allocations et de services. Pour les différents métiers du travail social, qui sont, quoi qu’en disent certains, bien adaptés aux exclusions et souffrances actuelles, la qualité de la relation doit rester centrale dans une clinique singulière du quotidien et des circonstances. La parole dédiée en est l’outil de base, elle s’impose et mérite considération. La relation clinique, tout comme la relation éducative, est et doit rester l’exact opposé de la relation client.

Contre le social bussiness et pour une solidarité organisée et durable, les professionnels du travail social souhaitent légitimement faire bouger les lignes depuis qu’il est question de « réingénieriser » de façon autoritaire leurs professions, sans doctrine globale faisant projet commun, ni véritable engagement public sur le sens et la nécessité de la protection sociale aujourd’hui au XXIe siècle.

Par Roland Gori, à lire dans Libération