Retrouvez tous les comités locaux de l'Appel des Appels dans toute la France

  • Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Communiqué de l’Appel des appels

 

Comment l’Appel des appels ne se sentirait-il pas concerné par les événements des 7 et 11 janvier survenus à Paris ? Par la tuerie des journalistes-dessinateurs de Charlie Hebdo, par l’assassinat de concitoyens sur la base de l’appartenance confessionnelle que leur supposait le tueur, par le meurtre de plusieurs policiers, mais aussi par le sursaut républicain massif qui a suivi. Ce choc oblige tous les citoyens et les responsables, à tous les niveaux, à se poser des questions politiques cruciales sur l’état actuel de notre société, sur l’évolution du monde, sur la nature et l’urgence des changements à opérer.

 

Plus précisément, parce nous sommes mobilisés dans l’Appel des appels, nous ne pouvons être indifférents aux débats qui se sont engagés sur ce que nous avons appelé les « métiers de l’humain ». Tous les constats de carence concernant notamment l’enfance, l’adolescence, la jeunesse, toutes les confusions d’esprit sur les causes de conduites criminelles, conduisent à s’interroger sur l’État social, l’éducation, la justice, la santé, la police, la culture, l’information.

 

L’Appel des appels a soulevé la question du devenir des « cœurs de métiers » atteints par les normalisations, par les politiques du chiffre, par des directives nuisant à l’autonomie des praticiens et à leur sens des responsabilités. Toutes ces réformes qui se sont accumulées ressortent d’une même inspiration néolibérale mettant en cause l’intérêt public, les institutions et les professions, mais aussi l’attention à la personne.

 

Si ce mouvement a connu, si vite, un tel écho, avec quatre-vingt-dix mille signatures au bas du premier appel, remontant à 2008, avec des rassemblements impressionnants, avec des ouvrages marquants comme L’insurrection des consciences, c’est bien parce qu’il a permis à des professionnels de si nombreuses disciplines – soignants, éducateurs, chercheurs, magistrats, journalistes, artistes - de se retrouver dans ce constat, de croiser « horizontalement » leurs expériences, de formuler ensemble des analyses et des propositions.

 

L’aspiration républicaine, si elle ne veut pas être récupérée au profit de politiques en déshérence, doit viser la ré-humanisation de la société dans tous ses secteurs, à commencer par le domaine public.

 

L’Appel des appels continuera d’apporter sa contribution à ces questions et aux controverses démocratiques qu’elles exigent.

 

Janvier 2015