Retrouvez tous les comités locaux de l'Appel des Appels dans toute la France

Réaction du bureau de l’Appel des appels à la loi sur l'immigration votée le 19 décembre 2023

Il y a 15 ans, le 22 décembre 2008, était lancé l’Appel des appels par lequel les professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la recherche, de l’information, de la justice et de la culture alertaient les pouvoirs publics et l’opinion sur les conséquences sociales désastreuses de certaines réformes, l’accroissement de la souffrance des professionnels de l’humain et la perte de sens des métiers

15 ans plus tard, les dérives dénoncées ainsi que les inquiétudes des professionnels persistent.

Avec le vote de la loi relative à l’immigration, elles s’aggravent.

En remettant en cause les droits sociaux des étrangers en situation régulière, en créant un statut des étrangers extracommunautaires largement dérogatoire au droit commun, cette loi écorne les valeurs universalistes qui ont fondé et nourri notre République et qui sont communes à tous les métiers de l’humain.

Le professionnel de santé ne vérifie pas la nationalité du patient avant de le soigner

L’enseignant ne peut pas refuser de transmettre le savoir et la connaissance à celui qui n’aurait pas payé une caution.

Le travailleur social ne peut pas laisser à la porte d’un foyer d’hébergement un sans-abri et sans ressource en raison de sa situation administrative.

Le professionnel de justice ne peut se satisfaire de dispositions discriminantes en raison de l’origine ou de la nationalité.

Aucun ne peut accepter qu’un enfant soit privé d’allocation familiale et puni parce que né de parents étrangers.

Aucun ne peut adhérer à l’idée que l’ouverture de droits sociaux soit variable en fonction de situations indépendantes de la volonté de la personne concernée, comme l’emploi.

Aucun ne peut approuver que la suppression de l’automaticité du droit du sol prive de la nationalité française l’enfant né en France et y ayant toujours vécu, lorsque l’on sait que principalement les plus en difficultés ne feront pas, entre 16 et 18 ans, la démarche administrative pour l’acquérir, alors qu’ils ont besoin d’une intégration pleine et entière dans notre communauté nationale et qu’ils seront, dès leur majorité sous la menace d’une expulsion dans un pays où ils n’auront jamais mis les pieds.

Avec cette loi qui constitue pour tous les métiers de l’humain une attaque contre leur éthique professionnelle, 15 ans plus tard, le 22 décembre 2023, l’appel des appels est d’actualité et la relance de la coordination de tous ceux qui refusent toujours cette fatalité est nécessaire.

Robert Gelli pour le bureau de l’Appel des appels,

Le 22 décembre 2023

  • « L’aide à mourir » à la française : une rupture démocratique et éthique Les circonstances nous imposent un devoir de vigilance et de clarification du débat public portant sur l’aide à mourir. Comme citoyens, soucieux d’assumer...
  • Le comité local Breton de l'Appel des appels vous convie à une soirée débat au cinéma Katorza de Quimper avec la projection du documentaire  "Par la fenêtre ou par la porte" le vendredi 7 juin à 20h15 La soirée est organisée en partenariat...
  • A lire sur Libération Le texte sur l’aide à mourir, qui a commencé son parcours parlementaire, expose les plus vulnérables à des risques d’injustice, d’abus d’influence ou d’abandon, contraires aux droits fondamentaux que tout Etat démocratique...
  • Alors que l’attaque meurtrière du convoi pénitentiaire survenue le 14 mai dans l’Eure a bouleversé la profession, la psychologue Emilie Sauvaget explique, dans une tribune au « Monde », qu’une conception de la sécurité fondée sur la relation...