Drogues info service en danger!

Le dernier plan gouvernemental de lutte contre les addictions 2007-2011

(1) constate un phénomène inquiétant de montée des consommations de substances psycho actives

(2) et l'irruption de nouvelles pratiques : les addictions sans produit, notamment le jeu pathologique.

Il est prévisible que l'ouverture à la concurrence dans ce secteur va révéler un certain nombre de situations difficiles (3).

ADALIS, à travers ses lignes téléphoniques : Drogues Info Service, Ecoute Alcool, Ecoute Cannabis, son site Internet : www.drogues-info-service.fr et le répertoire des structures de prévention et de soin qu'il actualise en permanence, tenait un rôle clef dans le relais des politiques publiques, l'accueil et l'orientation des usagers et de leur entourage.

Aujourd'hui, ADALIS n'est plus en mesure de tenir son rôle de soutien et d'interface du fait de réduction budgétaire drastique : nous avons perdu 25 % de notre budget (4) et la loi de finances 2010 nous impose une diminution de 10 ETP sur un effectif initial de près de 55 ETP.(5) Sous des dehors de performance et de rationalisation budgétaire, cette mesure n'est en fait qu'une conséquence désastreuse de la gestion de la grippe H1N1 (6). Elle éclaire une gestion simplement comptable des politiques de santé en incapacité de projeter, au long cours, une vision cohérente et structurée : à l'heure où la gestion rationnelle procède d'incantations permanentes, les pouvoirs publics donnent l'exemple de pratiques chaotiques où la navigation à vue est instaurée en dogme et où la maltraitance des personnels érigée en évidence.

Le sort réservé à notre structure n'est malheureusement pas unique puisque à tous les étages de l'intervention (prévention, soin) d'autres organismes sont touchés : les centres d'information et de ressources sur les drogues et les dépendances (CIRDD) qui jouaient un rôle capital d'accueil du public ont vu leurs missions recentrée vers les seuls soutiens au chef de projet et ont du licencier. Et il en est de même pour Toxibase. Les regroupements dans le secteur de la prise en charge se font au forceps autour d'une vision sanitaire et d'une pratique à l'acte, en contradiction totale avec l'histoire du secteur et ses pratiques, de nombreux services en toxicomanie et en alcoologie ont fermé ces dernières années ou ont vu leurs effectifs considérablement diminuer, le personnel non remplacé. Les Agences régionales de santé, qui doivent à terme coordonner les politiques sanitaires, se mettent en place dans la difficulté et suscitent l'inquiétude des acteurs du fait des coupes sombres qui s'annoncent dans les budgets. L'acquisition de caméras thermiques pour les hélicoptères de la gendarmerie dans certains secteurs fait exemple d'action préventive.

Dans un contexte de crise économique, de précarisation des populations, comment pouvons nous accepter que des outils d'accueil, d'écoute et d'orientations soient à ce point malmenés ? La notion de service public est-elle devenue à ce point anecdotique qu'elle puisse être autant méprisée ?

Nous interpellons avec gravité les citoyens : ce qui est en train de se jouer là n'est pas un simple épisode de rationalisation budgétaire, mais bien la mise à mal d'un dispositif au service de la population.

(1) Ce plan prévoit un budget de 77 millions d'euros par an (soit 385 millions sur 5 ans). Une dotation d'1 million d'Euros est inscrite pour la création d'une ligne téléphonique sur les addictions alors que seul, notre service, ADALIS, rempli cette fonction. www.drogues.gouv.fr/site-professionnel/plangouvernemental/plan-gouvernemental-20082011/

(2) Ces données sont confirmées par le tout récent rapport de l'OFDT sur les drogues illicites vu au travers du dispositif TREND.
(3) Cette mesure va entraîner l'ouverture d'une ligne téléphonique destinée aux joueurs et à leur entourage, ligne qui devrait être confiée à ADALIS en juin 2010.

(4) Sachant qu'en décembre 2008 le Conseil d'Administration d'ADALIS (DATIS) a voté un budget de 3.950.320 ? pour une dotation de 3.500.000 ? et que le versement effectif de la subvention a été de 1.800.000 ? (48%), ce qui a eu pour conséquence un assèchement des réserves du service (voir le document « évolution budget et ETP 2005-2010 »).

(5) Voir la Loi de Finances LOLF PLF 2010 Programme 204 Opérateur : ADALIS. Les emplois passent de 55 etp en 2009 à 45 en 2010 (page 84) www.performance-publique.gouv.fr/farandole/2010/pap/html/DBGPGMOPERATEURPGM204.htm

(6) Idem PLF 2010 (page 84). 5 ETP passent à l'INVS dans le cadre de la lutte contre l'épidémie grippale. Il est à noter par ailleurs, que 3 postes sont destinés à L'INPES (à la présidence de notre service) dans le cadre de l'opération de rationalisation de la téléphonie sanitaire et qu'aucun poste ne sera proposé au personnel d'ADALIS.

Sections syndicales CGT EPSA CFDT UNSA ADALIS

Pour signer la pétition